Bandeau
L’été dansant

Stages de danses de salon
2e quinzaine de juillet

Les 10 danses codifiées
Article mis en ligne le 24 janvier 2009

par Jacques Lucy
logo imprimer

Le texte qui suit est la reproduction d’un texte pris sur le site http://dansepassion.net

De la musique à la danse

Tango argentin

Quick step Valse lente Cha cha cha Samba Paso Doble

Tango standard Slow fox Valse viennoise Rumba Jive

De la musique populaire à la danse sportive

La danse sportive et de loisirs s’enracine dans le terreau culturel riche de métissage. Musique et danse ont toujours fait partie, depuis des temps immémoriaux, du patrimoine culturel de l’humanité. Reflet des clivages éthiques, culturels et sociaux, la danse, plus que tout autre art, dans un échange constant, a été l’image de la transmutation sociale à travers les âges.

De la danse tribale à la danse religieuse, de la danse noble à la danse populaire, l’évolution fut continue, inextricablement imbriquée dans celle de la société.

En remontant de filiation en filiation à l’origine des dix danses pratiquées traditionnellemment dans les clubs de danse, on remonte à leurs origines folkloriques et populaires. Au bout de ce fil d’Ariane, on retrouve un patrimoine commun aux pays européens .

De la viennoise, considérée comme vulgaire jusqu’au siècle passé au fox trot, hérité de la danse celtique du renard, en passant par le tango, expression stylisée des combats d’Argentine, il n’est pas une danse pratiquée actuellement dans les clubs de danse qui ne plonge ses racines dans le terreau populaire.

Le tango argentin

Tango veut dire « je touche », « je suis en contact ». Il peut aussi désigner le lieu clos, l’endroit ceint où se dansait le tango à ses origines. Dans l’une et l’autre de ses significations, « tango » désigne autant la danse, le lieu et l’esprit (non la fermeture, mais la communication si parfaite entre deux danseurs qu’ils sont dans leur lieu clos, celui de leur couple, celui de leur danse). Par excellence la musique et la danse du métissage, le tango est né à la fin du XIXe siècle dans les bouges et les bordels de la côte d’Argentine. Enfanté par la tristesse des illusions perdues des émigrants italiens, hongrois, espagnols, portugais, cubains et de ceux venant de l’intérieur de l’Argentine même, le tango marie l’Europe et l’Afrique, dont il a gardé longtemps le « cacon », cet percussion « portenos » faite à partir d’une caisse à transporter les morues.

Le tango argentin fut à l’époque unanimement condamné par l’Eglise, par l’armée et par la police. C’est par le cinéma au début du XIXe siècle que la tango fut popularisé en Europe.

Né dans un quartier de Buenos Aires, de la rencontre improbable des cultures sud-américaines, africaines et européennes, le Tango argentin est une danse devenue universelle. Sa musique, sa poésie expriment la joie, la peine, la mélancolie, l’amour, la passion, la vie. A la fois démonstratif et introverti, le Tango argentin est la plus aristocrate des danses populaires. En constante évolution, il reste en adéquation avec le lieu et le temps présent. Par son universalité, c’est la plus moderne des danses en couple.

Celui qui a goûté au Tango argentin, n’en n’oublie jamais la saveur. C’est la danse de couple par excellence, une conversation et un échange constants entre le cavalier et sa partenaire. C’est aussi la meilleure école de perfectionnement pour les autres danses. C’est une symbiose de l’équilibre à deux, une école de conduite pour le cavalier et d’interprétation pour la cavalière.

Les deux grands pôles d’influence pour les danses sportives et de loisirs sont les pays de l’Est et le continent africain. De ces deux pôles ont découlé deux familles de danse : la première est la famille des danses standards ; la seconde, est la famille des danses latines.

Les 5 danses standards

La famille des danses standards se compose de cinq danses : le quickstep, le slowfox, les valses lente et viennoise et le tango standard.

Le quickstep

Généralement l’apprentissage commence par le quickstep. Cette danse marie les déplacements en zigzag issus de la danse celtique dite « du renard » et les rythmes rapides de la musique traditionnelle hongroise. Faite de « chassés », de « hop » et de « kicks », c’est une danse rapide dans les déplacements (comme son nom l’indique). Sorte de mariage musical entre le foxtrot, le Charleston et le Jazz, elle se danse souvent sur des rythmes syncopés issus de la grande époque du jazz des Big Bands.

Le slow fox

Issu du foxtrot inventé par le danseur et comédien Harry Fox, le slow fox partage, avec le quick step, les déplacements de base en zigzag et la musique jazzy. Mais à l’inverse du quick step, le rythme a été ralenti. Danse d’apparence très naturelle et très fluide, elle semble aisée pour le spectateur non-averti, mais se révèle redoutable pour le danseur qui la pratique. Danser le slowfox demande de la perfection et énormément de maîtrise pour le danseur et sa partenaire...

La valse lente ou valse anglaise

Comme son nom l’indique, il s’agit d’une valse qui a eu et qui a toujours la faveur des anglo-saxons. Elle partage avec le slow fox la lenteur du rythme et avec la valse viennoise la mesure en trois temps. Elle permet un grand nombre de variation de figures. Elle offre le terrain idéal pour dévelloper le « style anglais ».

La valse viennoise

Le nom de cette danse désigne Vienne, où elle a acquis ses lettres de noblesse. Le nom de valse signifie « tourner » et est une déformation du mot « volt » originaire de l’Italie du Nord et de l’Autriche où elle était déjà pratiquée dés le XVIIIe siècle.

Comme pour la valse lente, c’est la bourgeoisie qui lui a ouvert les portes de ses salons et surtout qui lui a donné accès aux sols lisses de ses planchers.

De toutes les danses, c’est celle qui a le plus résisté aux métissages. Elle a traversé tous les continents sans jamais perdre ses caractéristiques initiales.

Le tango standard

Avec la naissance du style standard dans les années ’20, le tango argentin a été adapté à la danse de salon : la passion se mue en contrôle, et les « corté » en mouvements staccato. Un style typiquement anglais de l’interprétation du tango s’impose : genoux légèrement fléchis, une certaine arrogance, un caractère furtif.

Les 5 Danses Latines

La seconde famille des danses sportives et de loisirs est celle des danses latines. Leur origine est principalement africaine et hispanique via le filtre cubain.

Elle se compose de cinq danses : le cha cha cha, la rumba, la samba, le paso doble et le Jive.

La rumba

La danse de la séduction par excellence, la rumba est originaire musicalement du centre de l’Afrique. Le terme rumba veut dire « fête ». Elle symbolise la lutte amoureuse. Le cavalier cherchant à séduire sa partenaire qui est à la fois indifférente et provocante.
La rumba est en constante évolution et on la retrouve dans beaucoup de slows contemporains.

Le cha-cha-cha

Musicalement et chorégraphiquement dérivé de la rumba, le cha-cha-cha est la danse de l’amour accompli et heureux. Le cha cha cha est fils de l’Afrique et de Cuba par ses rythmes mais enfant de l’Amérique pour le swing.

La Samba

Importées par l’esclavagisme, elle se développe dans les « favellas » de Rio de Janeiro au Brésil. Depuis son origine, la samba est une danse qui part des hanches dont les mouvements et les changements de direction sont rapides. Le haut du buste et la tête restent statiques, pour permettre le port de chapeaux lourds et extravagants et de costumes exubérants. Pratiquée sur les pistes de danse, la samba a perdu les costumes d’origine mais a conservé ses caractéristiques premières.

Le paso doble

Au même titre que le tango, le paso doble est une danse d’origine hispano-argentine dérivé du flamenco espagnol. Très typé, il est avec la valse viennoise une des danses qui fut les moins métissée. Le cavalier symbolise le toréador et la cavalière la muleta.

Le Jive

Le Jive a subi toutes les influences de la Louisiane, couplant musique américaine et danses piétinées africianes. Issu du Jitterbuck, le Jive a pour parent direct le Lindy hop, le Boogie-woogie.

Remarque : il y a d’autres danses, mais seules ces 10 danses sont codifiées et donnent lieu à des compétitions.

La danse est une expression universelle qui marie les cultures et les peuples, d’est en ouest et du sud au nord.
Mais au-delà, c’est d’abord un plaisir et un délassement total que de danser.

Venez partager avec nous le bonheur de danser !


Forum
Répondre à cet article

Dans la même rubrique

Calendrier

septembre 2018 :

Rien pour ce mois

août 2018 | octobre 2018

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.62